Ouvrage – L’éthique, entre résistance et résilience

Notre équipe a participé à la rédaction d'un chapitre de cet ouvrage : Quelle légitimité de la transgression dans le soin ?
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
l'article
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Fort du succès rencontré lors du Colloque National des Espaces de Réflexion éthique de Nouvelle-Aquitaine du 12-13- et 14 octobre 2022 à Limoges : L’éthique, entre résistance et résilience, un recueil des communications présentées lors de ce colloque a été réalisé sous la direction du Dr Maryse Fiorenza-Gasq, Directrice de l’ERENA/ ERENA Limoges et du Pr Cyril Hazzif-Thomas, Coordonnateur principal de la CNERER.

Travailler collectivement au surgissement de l’esprit de résistance et s’engager dans la voie de la résilience est d’une grande portée éthique alors que l’opinion citoyenne est aujourd’hui déboussolée par le flot de messages anxiogènes déversé par les chaînes d’information en continu.
Cette terrible simplification des contours du monde à laquelle l’économie de marché procède déconstruit l’identité citoyenne tant il est désormais difficile de comprendre qu’« un citoyen c’est quelqu’un qui voit d’autres citoyens et qui se frotte aux autres », ainsi que l’avançait Bruno Latour.

Aussi bien l’esprit est-il mis en péril lorsqu’il ne reconnaît plus dans la conduite des affaires, l’intégrité, la continuité, l’unité, qui témoignent de la volonté réfléchie. De sorte que revenir au dur travail du concept de ce qu’est un silence éthique, dire non au dévoiement du soin, repenser le sens de notre démocratie sanitaire imposaient de revenir à la densité intellectuelle de ces deux ferments de la réflexion éthique, résistance et résilience. Ce sont en effet des leviers de la construction d’un sens juste face à l’absurdité du moment ou bien face à l’inversion de la hiérarchie des valeurs, car la vraie maîtrise ne consiste-t-elle pas à faire justice des préjugés du temps et à refuser la tentation d’une dictature, qu’elle soit celle de la pensée unique, du tout sanitaire ou encore la conséquence du despotisme politique?

Ce colloque de Limoges issu des travaux de l’ensemble des espaces de réflexion éthique régionaux nous le rappelle courageusement et au meilleur moment.

Se procurer l’ouvrage ici