Bioéthique. PMA, recherche, dons d’organes, fin de vie… La loi présentée et discutée à Rouen

Marc Braun - Ouest France 10 mars 2022
média ouest france
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
l'article
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Marc Braun – Ouest France

10 mars 2022

Pour accéder à l’article en ligne cliquez ici

« Génétique et recherche médicale » est le thème abordé mardi 15 mars 2022 à Rouen par l’Espace de réflexion éthique de Normandie. Un espace par ailleurs ouvert à d’autres thématiques de société.

Mardi 15 mars 2022, les différentes évolutions et thématiques apportées par la loi du 2 août 2021 portant sur la bioéthique seront présentées à Rouen. La loi relative à la bioéthique élargit en effet la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules, procure également de nouveaux droits pour les enfants nés d’une PMA.

Elle contient d’autres dispositions, notamment sur l’autoconservation des gamètes hors motif médical, la recherche sur les embryons et les cellules-souches… « Autant d’avancées présentées et proposées à la discussion par l’Espace de réflexion éthique de Normandie », annonce le professeur Grégoire Moutel, de l’Université Caen-Normandie.

Un « espace éthique » par région

« Il y a un espace éthique par région. Nous avons une antenne à Caen et une à Rouen. Pour la thématique sur la bioéthique, nous aurons des experts du domaine de la santé, des juristes, des sociologues, des philosophes, liste le professeur. Si, dans un premier temps, grâce notamment à notre site web, nous faisons de la communication et de l’information sur le sujet abordé, le deuxième volet consiste à organiser un débat qui est aussi l’occasion de réflexions. »

Le professeur ne cache pas d’ailleurs qu’au sein de l’espace, quel que soit le thème abordé, les participants « savent faire des propositions. Si on est un observatoire des pratiques, on peut aussi déranger quand il faut, interpeller. Mais on le fait de manière responsable ».

Un comité de pilotage militant

Ce « militantisme » caractérise d’ailleurs la trentaine de personnes qui font vivre l’espace éthique à travers son comité de pilotage. Pour Grégoire Moutel, « on peut dire qu’il remonte aux années 90 quand j’étais endocrinologue au sein de l’hôpital Necker à Paris. J’avais alors rencontré de jeunes hommes atteints de cancer désirant que leur sperme soit conservé en vue d’une procréation ultérieure. La question de l’utilisation du sperme d’un patient décédé trottait déjà dans ma tête, avec en point de mire les travaux préparatoires à la loi de bioéthique de 1994 ».

Dons d’organes, fin de vie…

La prise en charge des victimes de violences a conduit Grégoire Moutel à se tourner vers la médecine légale, à devenir même il y a six ans le chef de service de médecine légale au CHU de Caen. Aujourd’hui, la loi sur la bioéthique reste un morceau de choix pour le professeur, « avec l’idée qu’en Normandie, on présente aux citoyens ses évolutions. Nous voulons aussi aborder l’évolution du don d’organes, l’accès aux tests génétiques, la question de la fin de vie avec l’euthanasie ou le suicide médicalement assisté, la fin de vie à domicile… »

Mardi 15 mars, de 18 h à 20 h, à l’hôtel des Sociétés savantes, 109, rue Beauvoisine à Rouen. Pour s’inscrire : eren.antennederouen@chu-rouen.fr.

X